Cette semaine dans votre cinéma....

Lundi 28 mai 20:30

Un goût de miel VOST

Mardi 29 mai 20:30

Luna

Mercredi 30 mai 21:00

Hotel Salvation VOST

Un goût de miel

Réalisation : Tony Richardson

Royaume-Uni - 1961 - 1h21

Avec Rita Tushingham, Murray Melvin, Dora Bryan

source Coté Cinéma

Une mère et sa fille se débattent dans leurs difficultés sociales et les tabous de l’époque. La première tente d’échapper à ses déboires par un remariage; la seconde, enceinte d’un marin noir, se retrouve seule. Elle rencontre un jeune homosexuel qui va lui venir en aide.

Ce film courageux, largement récompensé en 1962, met en exergue des situations «dérangeantes» et demeure étonnamment d’actualité !

Ciné-Evenement

Soirée Rembobine

Ciné décodage par Jean Duchène.

Luna

Réalisation : Elsa Diringer

France - Comédie dramatique - 1h 33

Avec Laëtitia Clément, Rod Paradot, Lyna Khoudri

Film Adultes et Adolescents

source Coté Cinéma

Luna, 16 ans vit près de Montpellier et travaille dans une exploitation maraîchère. Elle est belle, drôle, elle dévore la vie. Elle serait prête à tout pour garder l’amour de Ruben. Au cours d’une soirée trop arrosée avec ses amis, ils agressent un jeune inconnu. Quelques semaines plus tard, celui-ci réapparait dans la vie de Luna. Elle va devoir faire des choix…

Un premier film maîtrisé, nuancé et prometteur, servi par des comédiens talentueux. Attention, une scène violente d’agression dans ce film.

Hotel Salvation

Réalisation : Shubhashish Bhutiani

1h30 - Inde, Grande-Bretagne - Comédie dramatique

Avec Adil Hussain, Lalit Behl, Geetanjali Kulkarni

source Coté Cinéma

Daya, 77 ans, sent que le moment du trépas approche. Il demande alors à son fils, Rajiv, de l’accompagner à Varanasi, ville sainte au bord du Gange, pour y mourir et ainsi atteindre le salut. Ils louent une chambre à l’Hôtel Salvation, mais leur réservation ne pourra durer que quinze jours… La mort arrivera-t-elle à temps ? Réunis dans cette attente indéfinie, Daya et son fils s’interrogent sur les grands mystères de la vie et de la mort, sur les rapports humains et sur eux-mêmes.

Le réalisateur, pour son premier long métrage, réussit un défi remarquable : jamais, en effet, un film sur la mort n’aura été aussi vivant !